In The Dark Box

by PENELOPE PILLAS

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

1.

about

Au cours de sa conférence autour de son œuvre "Fontaine", Marcel Duchamp a dit que « c'est le spectateur qui fait l’œuvre ». D'après cette citation, j'ai conçu une production tridimensionnelle. Une installation qui, sans l'implication du spectateur, n'existe pas.

En effet, à travers cette installation, il y a une disposition d'éléments tous aussi importants les uns que les autres : une chaise jaune, un carton noir suspendu sur le dessus où s'y est glissée une enceinte portable diffusant une bande son (« In the dark box » qui est ici disponible à l'écoute) et enfin des indications au sol induites par le chatterton.

Le corps du spectateur est donc fondamental pour finaliser l’œuvre : c'est le regardeur qui fait l’œuvre.

Au niveau du dispositif d'attraction du spectateur jusqu'à l’œuvre, le spectateur est guidé par des flèches au sol, jusqu'à la finalité : la chaise, marquée d'une croix. Nous pouvons ici parler de pictogrammes qui aguichent l’œil. De plus, il est attiré par la musique à l'intérieur du carton : pour pouvoir l'écouter plus confortablement, il faut qu'il glisse sa tête dans la boîte.

Cette posture, un carton formant une nouvelle tête au regardeur, un nouveau corps, une œuvre d'art, qui s'apparente à la sculpture "Untitled" d'Andro Wekua : un homme allongé sur des tréteaux, la tête dans une maison. Cette oeuvre a été présentée au Palais de Tokyo au cours de l'exposition "Inside".

Une fois à l'intérieur, le regardeur est en osmose avec l'installation : il y a un jeu de ses sens, c'est-à-dire un jeu sur l'odorat, la vue, l'ouïe et le toucher.

C'est grâce à la musique que son ouïe est en action. Celle-ci envoie celui qui l'écoute dans une autre dimension, une sphère hors temps : il est mis en situation dans un autre espace.

En ce qui concerne la bande son, elle se structure sur un schéma sonore très précis, sur une phase de crescendo et decrescendo, en répétition constante. Elle sculpte une atmosphère à la fois oppressante et envoûtante. Nous y entendons le son d'un caddie qui roule, parfois mis à l'envers et au ralenti, ce bruit insiste sur cette dimension hors temps. Le spectateur perçoit des bruits communs de caisses et des foules de discussion en fond : ici, nous avons l'impression d'entrer dans l'intimité d'un magasin. Un robot de pompe à essence fait augure de chanteur.

La bande son en elle-même ressemble à une musique rythmée pour une bonne raison : elle dénonce plusieurs aspects de notre société de consommation. En effet, cette musique attirante pourrait s'apparenter à un mantra (chant religieux), même plus loin, la pompe à essence serait un type de mezzin. Et pourquoi une pompe à essence ? Puisque, l'exploitation du pétrole est la demande numéro un dans chaque pays : les rois du pétrole sont les maîtres du monde. Ici, la musique nous incite à acheter, dans cette boîte, nous sommes comme sous hypnose : le temps passe, les affiches, les propagandes des entreprises nous tentent et nous donnent un sentiment de hors temps du fait que nous consommons sans faire attention aux autres. Ce sentiment transparaît par le caddie omniprésent, au ralenti, à l'envers, mais toujours en mouvement. De plus la musique ne dure que 4 minutes et se répète en boucle ce qui prouve que le temps de course se raccourcit et que cette action est perpétuelle dans notre vie : comme une addiction. Nous effectuons tout un parcours par le biais de notre esprit, bien que nous soyons immobile et la tête dans une boîte en carton. D'ailleurs, la boîte en carton désigne ces emballages prédominants dans le commerce des produits. Étant peinte, l'odeur qui s'en dégage est désagréable : c'est l’asphyxie de la consommation, le poison de la surconsommation.

credits

released March 7, 2016

Written by Pénélope Pillas
Recorded and produced by Yann Pillas
www.facebook.com/ypillas
Photography : Pénélope Pillas

tags

license

about

No Records France

Non-profit digital label & micro label DIY of Yann Pillas (musician & sound engineer). He proposes all musics ranging from extreme music to the silence of electronic, recordings of companies closed, radiophonic archives. At first he made tapes & CDs. Now it's a Netlabel. Doors are open to independent artists for help with mastering, artwork and distributing work with no cost or monetary profit ! ... more

contact / help

Contact No Records

Streaming and
Download help